Résumé de l'article

Vous êtes peut-être à la recherche d’avis ou de témoignages sur la prépa ECS du lycée Masséna à Nice. Chez MyPrepa, nous avons la chance d’accompagner les étudiants de toutes les prépas de France. Dans cet article, Olivier Sarfati, directeur de MyPrepa, témoigne, donne son avis et dresse le portrait de quelques étudiants du lycée Masséna qui ont brillamment intégré HEC, l’ESSEC ou l’ESCP Europe et qu’il a eu la chance de coacher.

Avant d’intégrer HEC, je n’avais jamais entendu parler du Lycée Masséna (ECS) à Nice. Pourtant, sur le campus d’HEC, à Jouy-en-Josas, une bonne dizaine d’étudiants venaient de cette prépa : à la fin des années 1990, le lycée Masséna faisait partie des meilleures prépas de France. Aujourd’hui, le lycée en ECS n’affiche pas d’aussi bons résultats : en moyenne, 1 seul admis à HEC par an entre 2013 et 2017… et un taux d’admis dans le top 3 de l’ordre de 15% par an. Pourquoi une telle inflexion dans les classements ? Difficile à dire car de multiples facteurs peuvent l’expliquer. Il suffit par exemple qu’une année les résultats aient été moins bons pour faire fuir les étudiants brillants qui avant auraient garni les rangs du lycée : en prépa, les parents et les étudiants ont tendance à se fier trop souvent aux classements…
Autre aléa fréquent dans l’Education nationale : les professeurs. On touche à un secret de polichinelle mais il est bon de rappeler que la réussite académique des étudiants peut réellement être catalysée par la présence de professeurs de haut niveau. A l’inverse, il suffit qu’une année, le professeur de mathématiques exceptionnel soit absent (congé maternité, maladie, mutation) et remplacé par un professeur moins pédagogue pour impacter négativement les résultats du groupe.


Concernant le lycée Masséna, je n’ai pas à formuler ce genre d’analyse car je ne connais pas le corps professoral et son évolution depuis vingt ans mais la direction doit avoir des éléments d’explication plus précis. Pour ma part, j’observe simplement les étudiants que l’on accompagne depuis 2013, année au cours de laquelle j’ai eu la chance de croiser la route de Ken Lecoutre. Cet étudiant ayant grandi à Apt dans le Luberon avait en effet choisi de faire sa prépa ECS au lycée Masséna tout en sollicitant MyPrepa, conscient de ses lacunes abyssales en maths.
En 2013, il montait à chaque période de vacances scolaires à Paris pour venir assister à nos séances.
En 2014, pour son année de carré, il est l’un des premiers à avoir eu la chance d’être coaché depuis LiveClass, la plateforme que l’on a créée chez MyPrepa pour diffuser notre pédagogie en direct depuis un ordinateur.
J’avais rarement vu un étudiant partir d’aussi bas en maths. En bizuth, il m’envoyait parfois des sms ou des mails avec ses raisonnements et à chaque fois, le raisonnement ne tenait pas debout… Je n’étais pas inquiet car, malgré ce niveau initial problématique, Ken avait une incroyable détermination. En séance avec les autres étudiants, et notamment devant Maxime, un autre étudiant de Masséna en ECS, je tapai du point : « vous voyez Ken ? Il part peut-être de très loin, sans doute plus loin que vous. Mais observez bien ses progrès : prenez-en de la graine car il va vous surprendre ! » Je ne bluffais pas. Maxime, son camarade de classe qui avait aussi choisi de faire MyPrepa, avait un niveau en maths bien plus avancé. Pourtant, on sentait une forme d’appréhension, ou de manque de courage, à appliquer les méthodes MyPrepa.


Et ce qui devait arriver arriva : Ken, après deux ans de travail acharné et de respect de la stratégie MyPrepa, surprit tout le monde aux concours 2014 en étant le seul carré de Masséna à avoir intégré l’ESSEC en ECS. Maxime, quant à lui, mit en pratique tardivement les méthodes MyPrepa après une claque en 2014 : il se réveilla en cube et finit par intégrer l’EDHEC en passant très près de l’ESSEC. Cette explosion de Ken nous rappelle à quel point l’organisation, la détermination et la stratégie sont les clés d’une prépa réussie.
Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, voici l’entretien que Ken a accepté de nous accorder dans lequel il raconte tout sur son expérience de la prépa ECS du lycée Masséna :ici. Avec 18 de moyenne en culture générale grâce à la méthode de la dissertation parfaite, Ken a rejoint l’équipe MyPrepa pour assurer avec un incroyable talent le module « dissertation parfaite de culture générale » où les étudiants tournent autour de 15 de moyenne dans cette matière aux concours.


Sur l’année scolaire 2015-16, c’est Frédéric, également étudiant à Masséna en ECS, qui a choisi de nous faire confiance pour se donner toutes les chances aux concours en carré. Son niveau initial n’était pas bon mais j’observai deux qualités intéressantes en prépa : il était d’abord très enthousiaste, calme, positif, malgré ses lacunes. Par ailleurs, en mathématiques, il avait une très belle écriture et une conscience de la forme, fondamentale aux concours dans toutes les matières. En professionnalisant tout cela, j’avais bon espoir que cela fonctionne en un ou deux ans de coaching. Aux concours carré, il décrocha l’EDHEC grâce aux maths qui étaient devenues sa matière forte avec 13,9/20. Il eut donc ce dilemme que de nombreux étudiants MyPrepa ont à trancher : « dois-je intégrer l’EDHEC ou cuber ? » Compte tenu du tempérament optimiste de Frédéric et de ses progrès honorables, je savais qu’il n’était pas au bout de sa courbe de progression : « si tu choisis de cuber, je pense que ça va marcher. Tu as juste manqué de maturité sur ces concours. Un coaching chez MyPrepa dure deux ans pour être pleinement efficace. Tu n’es venu nous rejoindre qu’en carré. L’an prochain, si tu nous fais confiance, j’ai bon espoir que cela marche mais c’est à toi de faire ce choix. Refuser l’EDHEC, ce n’est pas facile. D’expérience, 99% des étudiants qui refusent l’EDHEC en carré ont mieux l’année d’après… »
Frédéric trancha et choisit de cuber, toujours à Masséna et avec notre coaching. Cette fois-ci, il prit le module « dissertation parfaite » en culture générale, en plus de la formule annuelle. Son année de cube ne fut pas si simple : il avait, comme souvent en cube, des moments de démotivation et de doute. Je repense à un appel que l’on a eu ensemble au cours duquel j’ai dû le remettre sur des rails car il doutait sérieusement : c’était l’hiver, ses notes stagnaient et il voyait tout en gris... Mais, le printemps arriva avec une bonne nouvelle : Frédéric décrocha l’admissibilité à l’ESSEC sur le concours 2017 en ayant fait des progrès dans absolument toutes les matières ! A l’oral, il avait suivi notre préparation « réussir l’entretien de personnalité » donc j’étais confiant.
Quelques semaines plus tard, Frédéric pouvait enfin laisser exploser sa joie : admis à l’ESSEC ! On fêta cela comme il se doit avec sa mère et une autre étudiante MyPrepa de Masséna, Aurélie, qui avait décroché l’EM Lyon en carré mais n’avait pas eu le courage de cuber. Aujourd’hui, Frédéric rédige de brillants articles de géopolitique sur MyPrepa News et donne des cours de maths aux étudiants MyPrepa Lycée. On le voit aussi sur cette vidéo où il parle de l’ouvrage de géopolitique de Matthieu Alfré :ici.


En 2017-18, c’était une grande année pour les étudiants MyPrepa de Masséna : Lisa et Lucas, deux cubes insatisfaits de leur école en carré, ont fait le choix d’un accompagnement MyPrepa pour se donner toutes les chances sur cette dernière ligne droite. Lisa, notamment, avait eu des difficultés en culture générale sur les concours 2017. En cube, elle prit la formule annuelle ainsi que le module « dissertation parfaite de culture générale » animée par Ken, l’ancien de Masséna ! Résultats : admise à l’ESSEC et à l’ESCP avec 19 (HEC), 14 (EML) et 15 (ESSEC) en culture générale et autour de 15 de moyenne en maths aux Parisiennes assortie d’une balade de santé à l’EDHEC (20/20) et à l’EM Lyon (19,2/20) en maths ! Mais il fallait convertir tout cela en admission et les oraux faisaient très peur à Lisa mais aussi à ses parents que j’avais souvent au téléphone sur ce sujet. Finalement, bien aidé par le module « réussir l’entretien de personnalité », Lisa fut admise à l’ESCP Europe en étant passé à une dizaine de places de l’ESSEC… Lors des rencontres MyPrepa qui suivirent, Lisa et sa mère vinrent me parler et notre échange fut très intéressant sur la valeur ajoutée de MyPrepa.
Les professeurs de prépa ne le formuleront jamais ainsi car ils se sentent court-circuités voire trahis quand ils apprennent que leurs étudiants sollicitent des instituts privés pour optimiser leurs chances. C’est pourtant une réalité : les instituts privés servent à quelque chose ! Et cela faisait plaisir de l’entendre lorsque de nombreuses familles vinrent témoigner lors des rencontres MyPrepa à Paris.
Lucas, quant à lui, assista également aux rencontres en sa qualité de nouvel étudiant de l’ESCP Europe ! Lui aussi réussit brillamment le concours avec des notes autour de 15 dans les matières clés du concours. Rétrospectivement, c’était aussi un vrai plaisir d’accompagner Lucas qui avait toujours la bonne attitude en séance. Sa générosité et sa gentillesse l’avaient même conduit à travailler en binôme à distance avec un autre étudiant MyPrepa, également prénommé Lucas ! Son amour de la prépa était encore palpable, même après l’été : « Olivier, la prépa me manque » m’avoua-t-il par sms. « J’ai des projets pour toi », lui répondis-je. Aujourd’hui, Lucas est le brillant rédacteur en chef de MyPrepa News, le blog de conseils que vous êtes dans doute en train de lire.

Vous l’aurez compris, je nourris une tendresse particulière pour les étudiants ECS du lycée Masséna ! Ils sont souvent chaleureux et cachent un potentiel que l’équipe MyPrepa prend beaucoup de plaisir à faire éclore. Et, comble de cette affection, mon associé Laurent Pecoraro, qui s’occupe du développement de LiveClass en France et dans le monde (LiveClass est aujourd’hui une plateforme de cours en ligne utilisée par plusieurs écoles, organismes de formation professionnelle et entreprises), a fait sa prépa à Masséna en ECS : nous étions ensemble à HEC dans la même promo… Une belle histoire à poursuivre !