Résumé du film

Americanah, c’est l’histoire de deux jeunes Nigérians, Ifemelu et Obinze, qui tombent amoureux l’un de l’autre au lycée. À l’âge adulte, leurs chemins se séparent et Ifemelu obtient une bourse pour partir étudier aux États-Unis tandis qu’Obinze, qui n’obtient pas de visa, finit par devenir un sans-papiers en Angleterre. Le lecteur peut suivre leurs évolutions : Ifemelu devient une blogueuse de renommée sur les questions raciales et féministes aux États-Unis, tandis qu’Obinze a fini par faire fortune en retournant au Nigéria et en bénéficiant du développement de la ville. Toutefois, Ifemelu qui a pourtant tout pour réussir ressent le besoin pressant de retourner chez elle, et c’est ainsi que le chemin des deux ex-amants se recroise. Plus qu’une simple histoire d’amour, le livre met en lumière plusieurs aspects de notre ère contemporaine, allant de la difficulté d’intégration des migrants dans notre société au développement soudain du tigre nigérian.

Comment s’en servir en géopolitique et en anglais?

Le livre est riche en sujets touchant au programme de géopolitique, et peut très bien servir d’exemple ou bien d’introduction en dissertation d’anglais. Voici nos différentes analyses :

La lutte raciale aux États-Unis 

Les comparaisons sont ainsi récurrentes entre l’Afrique et son nouveau pays, et elle ouvre une réflexion sur le fait qu’elle soit devenue noire en arrivant en Amérique : au Nigéria, elle n’était pas « noire », et sa couleur de peau n’est devenue un sujet seulement dans son pays d’immigration.

« Cher Noir non Américain, quand tu fais le choix de venir en Amérique, tu deviens noir. Cesse de discuter. Cesse de dire je suis jamaïcain ou je suis ghanéen. L'Amérique s'en fiche. »

L’intrigue repose énormément sur les cheveux crépus de l’héroïne. En effet, nous suivons dès le début du roman toute la difficulté qu’elle a pour se procurer un service satisfaisant en termes de coiffure, l’obligeant à aller dans une autre ville. Il semblerait que sa nouvelle conscience de l’identité raciale se matérialise par sa coiffure, devenant même une revendication politique. Plus tard, elle nous raconte à quel point la recherche d’emploi, bien qu’étant surdiplômée, se montre difficile au pays de l’American Dream. Chimamanda Ngozi Adichie nous fait voir une Amérique dans laquelle les Noirs sont classés dans la même catégorie que les blancs pauvres et où la diaspora africaine peine à se faire une place, malgré l’élection de Barack Obama.

Le féminisme

L’auteure, connue également pour son discours « We should all be feminists », le montre une jeune femme faisant fît des difficultés qu’elle peut rencontrer, qui part étudier dans une université, puis dans un pays qui n’est pas le sien, et qui réussit. Premièrement au Nigéria, qui est alors une société fortement marquée par la structure patriarcale, et deuxièmement aux États-Unis, où sa relation avec les hommes peut aussi être perçue comme une marque de féminisme. En effet, Ifemelu refuse de se soumettre à l’autorité de ses partenaires, et se montre forte à toute épreuve.

Le développement des villes Africaines

Le livre se caractérise par les allers-retours entre les personnages, les époques, mais aussi les lieux. Et lorsque Ifemelu revient dans son pays natal, celui-ci n’a plus rien en commun avec le pays qu’elle a quitté. En effet, celle-ci est époustouflée devant le développement du Nigéria, qui connait désormais un centre d’affaires et de nombreux buildings. La capitale, Lagos, a connu une croissance exponentielle et est désormais une grande ville comptant entre 17 et 22 millions d’habitants. Toutefois, elle constate que les mêmes problèmes subsistent : corruption et népotisme continuent de miner le pays de l’intérieur. Autre problème, qui est d’ailleurs le sujet principal du livre, l’exode des talents autrement connue sous le nom de « fuite des cerveaux ». En effet, le titre du livre Americanah fait référence au surnom donné par les Nigérians à ceux qui sont partis trop longtemps et qui ont été « américanisés ».

« Le plus gros problème dans ce pays, ce n'est pas la corruption. C'est qu'il y a une quantité de gens qualifiés qui ne sont pas où ils devraient être, parce qu'ils refusent de lécher le cul de qui que ce soit, ou qu'ils ne savent pas quel cul lécher, ou encore qu'ils ne savent pas lécher un cul. »

Ainsi, le Nigéria est à l’image d’une Afrique repartie, mais pour qui rien n’est gagné.

À retenir

En quelques mots : Chimamanda Ngozi Adichie nous fait voyager entre l’Amérique, l’Angleterre, et le Nigéria afin d’y comparer la situation des femmes, des races, et du développement des pays.

Pour aller plus loin

  • Chimamanda Ngozi Adichie est une féministe désormais reconnue et reprise par d’autres artistes comme Beyonce ou la directrice artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri
  • Toutefois, elle définit un féminisme inclusif qui veut se débarrasser des connotations négatives et qui souhaite faire participer les hommes au mouvement.
  • Découvrez la conférence TedX à regarder pour en savoir plus.