Résumé du film

American Sniper est un film qui retrace la vie de Chris Kyle, ancien soldat du SEAL (forces spéciales de la marine américaine) qui a officié en Irak de 1999 à 2009. Toute l’intrigue tourne autour du héros américain et de son expérience du terrain, et dépeint avec brio les effets délétères de la guerre sur les soldats. Chris Kyle est sans doute le sniper le plus meurtrier de l’histoire de l’armée américaine, et sera surnommé par ses pairs « La Légende ». En effet, Chris provient d’une famille chrétienne aux fortes valeurs patriotiques, et les évènements du 11 septembre le décide définitivement à s’engager dans la guerre en Irak. Là-bas, Kyle découvre le « Nouveau Far West » et fait la découverte d’un autre sniper d’élite, côté ennemi, dénommé Mustafa, qui parvient à tuer plusieurs SEALS. Cette lutte sans merci obsède le tireur d’élite et l’éloigne peu à peu de sa famille. C’est finalement lors de son quatrième séjour en Irak que Chris parvient à abattre Mustafa et parvient à s’enfuir avec son unité. À son retour, Chris doit faire face à son stress post-traumatique et à sa culpabilité de ne pas avoir pu sauver ses amis. Il choisit alors de se rendre utile auprès des vétérans blessés et retrouve peu à peu une vie normale. Toutefois, c’est un ex-marine traumatisé, à qui Chris a proposé d’apprendre à tirer, qui mettra fin à sa vie.

Comment s’en servir en géopolitique et en anglais?

  • La Destinée Manifeste et l’engagement patriotique

    Le film illustre à merveille les deux échelles de l’engagement américain.
    Tout d’abord au niveau de l’individu lui-même, Chris Kyle incarne le patriotisme et voue sa vie à son pays. Il explique à sa femme :

    « C’est le meilleur pays sur Terre et je ferai tout mon possible pour le protéger. »

    En effet, Chris Kyle est intimement persuadé de la grandeur et de la toute-puissance de son pays, et voit son enrôlement comme un devoir de protéger son pays et d’exporter les valeurs de sa patrie.
    À l’échelle nationale, nous pouvons lire l’impérialisme américain qui justifie une guerre juste au nom de l’exportation de la démocratie. Leur intervention au Moyen-Orient se repose sur l’idée que les États-Unis sont la nation indispensable et qu’ils sont les porteurs d’une Destinée Manifeste, c’est-à-dire que la nation américaine a pour mission divine l’expansion de la « civilisation ». C’est en ces mots que Madeleine Korbel Albright, secrétaire d’État durant la guerre du Golfe, s’exprime :

    « But if we have to use force, it is because we are America : we are the indispensable nation. We stand tall and we see further than other countries into the future, and we see the danger here to all of us. »

    Ainsi, la lutte contre le terrorisme s’inscrit dans cette logique de Destinée Manifeste et permet aux Américains de justifier leur impérialisme et leur interventionnisme. Note : Il aura fallu attendre 2011 pour que le Président Obama annonce le retrait des troupes américaines en Irak, intervention qui aura coûté plus de 4400 membres de l’armée américaine et environ 100 000 Irakiens.
  • Gun Control

    Le droit de posséder une arme à feu est garanti par le Deuxième amendement de la Constitution des États-Unis. Malgré de nombreux incidents connus sous le nom de mass shootings et les réclamations d’associations telles que Moms Demand Action for Gun Sense in America, le contrôle des armes à feu rencontre de nombreuses résistances. En effet, le lobby de la NRA (National Rifle Association) milite en faveur du droit à la détention. Actuellement, plus de 300 millions d’armes à feu sont détenues par des particuliers américains, et il existe une réelle culture des armes qui peut se lire dans American Sniper. La scène du début nous montre le père de Chris Kyle et le personnage enfant, apprenant à se servir d’une arme. Tout au long du film, l’arme est vue comme un simple outil permettant de maintenir la justice, et c’est d’ailleurs une des grandes critiques qui a été faite au film qui pour certains célèbre les armes à feu.

En résumé :

  • En quelques mots : American Sniper nous décrit l’intervention américaine en Irak à travers les yeux du tireur d’élite Chris Kyle tout en soulevant des problèmes rencontrés lors du retour des soldats.
  • Polémique : le film a fait face à de nombreuses critiques lors de sa sortie, notamment en raison de son centrage américain et de la vision manichéenne qui rappelle la théorie du Choc des Civilisations de Huntington où l’on retrouve les Américains face aux « méchants ». Aussi, la polémique est due au personnage de Chris Kyle lui-même, dont les propos dans son autobiographie avaient choqué (comme par exemple « je regrette seulement de ne pas en avoir tué plus »)

Pour aller plus loin :

  • Sur le stress post-traumatique des soldats américains : Brothers, de Jim Sheridan, qui décrit le retour compliqué d’un soldat qui a dû affronter l’horreur de la guerre en Afghanistan.
  • Sur l’engagement patriotique des héros américains : Tu ne tueras point ou Invincible, qui décrivent chacun un soldat exemplaire ayant dédié sa vie aux États-Unis. Sur le stress post-traumatique des soldats américains : Brothers, de Jim Sheridan, qui décrit le retour compliqué d’un soldat qui a dû affronter l’horreur de la guerre en Afghanistan.
  • Olivier Zajec – La nouvelle impuissance américaine : selon l’auteur, les États-Unis ne peuvent plus se permettre une telle débauche d’énergie et d’argent pour l’exportation de la démocratie et font face aujourd’hui à une puissance militaire désenchantée. Cette théorie est d’autant plus intéressante à l’heure actuelle, après que Donald Trump ait annoncé le retrait des troupes américaines en Syrie.
  • Emmanuel Todd – Après l’Empire – essai sur la décomposition du système américain : un ouvrage tout aussi intéressant selon lequel les États-Unis sont en train de devenir des « pompiers pyromanes » et ne font que maintenir l’illusion de la puissance. Leur toute puissance est fondée sur un militarisme théâtral qui se manifeste par leur maintien dans les foyers de tensions.