Selon un rapport publié jeudi 29 novembre 2018 par l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), la Banque mondiale et 26 autres grandes institutions : "entre 2010 et 2016, les concentrations des polluants de l'air se sont aggravées dans presque 70% des villes du monde". Dans un tel contexte, Il est opportun de s'interroger sur 3 défis que connaissent les villes au XXIème siècle. Le phénomène de macrocéphalie, la question de pauvreté et les enjeux environnementaux, font partie des grandes problématiques auxquels les villes font face.

Le phénomène de macrocéphalie

En raison de la croissance démographique et de l’exode rurale, les villes deviennent des macrocéphalies urbaines. Il s’agit d’un concept géographique désignant un espace largement dominé par un pôle unique concentrant population, activités et fonctions au point de freiner voire d’empêcher l’affirmation de pôles secondaires. C’est le cas de Mexico, qui concentre à elle seule un tiers de la population du Mexique. Dans L’Urbanisme dans les Amériques (2000), Jérôme Monnet explique qu’au cours du XXe siècle la capitale mexicaine a accaparé la croissance démographique : elle a été multipliée par 50 pour Mexico alors que celle du pays n’a été multipliée que par 5 entre 1915 et 2000. Dès lors, Mexico illustre parfaitement la complexité du lien entre les dynamiques d’urbanisation et la création ou le renforcement des risques. C’est ainsi que le fameux site de Tenochtitlan, ancienne capitale de l’empire aztèque (désormais Mexico), est exposé à de nombreux aléas, conséquence d’une ville qui s’étale par l’augmentation de sa population.

La question de la pauvreté

À ce défi auxquelles les villes font face, s’ajoute celui de la pauvreté. Maux du mal-développement, les bidonvilles – partie défavorisée d’une ville caractérisée par des logements très insalubres – concentraient un milliard de personnes en 2008 et les prévisions sont de deux milliards pour 2030. Ces bidonvilles se trouvent essentiellement dans les grandes villes d’Asie du Sud et du Sud-Est comme à Manille ou Jakarta. Sylvie Brunel, auteure de le Sous-développement (2015), utilise ainsi le terme de « monstruopole » pour qualifier le développement rapide et mal géré des villes du Sud. Mais, dans les pays développés également perdurent des micro-bidonvilles, généralement cachés à la vue. C’est le cas en France dans le bois de Vincennes à Paris ou dans le quartier Saint-André de Marseille. L’ONU-Habitat dénonce le fait que l’aide publique prend majoritairement pour cible les besoins et les demandes du monde rural. Dès lors, les politiques nient la réalité et oublient que la pauvreté est aussi un phénomène urbain.

Le défi environnemental.

Source de nombreux problèmes, la multiplication des bidonvilles accentue notamment les risques environnementaux et sanitaires auxquelles les villes font face. Que ce soit la gestion des déchets, l’accès à l’eau courante ou la pollution atmosphérique, les défis sont donc multiples. La revue Hérodote de 2015 Géopolitique du Nigéria révèle que 95% de la population de la ville de Lagos, plus grande métropole du continent africain, est exposée à des niveaux de pollution atmosphérique supérieurs aux directives de l’OMS. Pour lutter contre cette pollution, la Banque mondiale a déjà pris des dispositions en finançant un système de bus rapides qui limite l’utilisation des voitures particulières et renforce l’efficacité des transports publics. C’est dans cette optique, que dans son volet sur le domaine énergétique, le film documentaire français Demain (2015), réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, montre comment les villes anticipent la fin des énergies fossiles et du nucléaire. Ainsi, Copenhague recouvre les toits des bâtiments de panneaux solaires, se positionne en tant que leader mondial dans l’énergie éolienne, réutilise les déchets comme compost ou pour produire de l’électricité et se donne même pour objectif de ne plus émettre de CO2 d’ici 2025. La capitale danoise bénéficie donc d’un urbanisme modèle dont les autres grandes métropoles du monde devront s’inspirer pour faire face aux défis qui les attendent.