Méthode d’HGG appliquée avec sujet corrigé

Avertissement : la présente « correction » n’est qu’une proposition, ce qui signifie qu’elle n’a d’intérêt qu’à titre indicatif, et ne constitue en rien la seule voie possible pour traiter le sujet.

Commentaires généraux autour du sujet

  • Un sujet à la fois classique et original pour l’ESSEC, une formulation sans point d’interrogation avec des bornes chronologiques pas forcément évidentes
  • Mais un sujet plutôt bref qui nous change des sujets à rallonge de ces dernières années : seulement deux termes vraiment fondamentaux : « la construction européenne » et la « question de la nation ».
  • Un concept assez original avec l’introduction du terme de « nation » (à ne surtout pas confondre avec l’ « État »), mais plus encore avec la « question de la nation », nous y reviendrons dans l’analyse.

Analyse des termes du sujet

« La Construction européenne» : processus d’approfondissement (économique, politique, social, culturel), c’est-à-dire de renforcement des institutions et des politiques communes pour accroître les solidarités et l’intégration en Europe, et d’élargissement de ces institutions et de ces politiques communes à de nouveaux pays.

« La Nation » : communauté humaine vivant dans un même territoire, qui a conscience d’être unie par une identité historique et culturelle commune, et constitue ainsi une communauté politique.

confrontation : établissement d’un rapport de forces, d’un face-à-face.

« confrontée à» : qui bute sur quelque chose, qui est freinée par quelque chose qui constituerait un obstacle.

« la question de la nation» : « Question » : quelle place la construction européenne donne-t-elle à la nation dans ce rapport de confrontation ? Quelles questions pose la nation au processus de construction européenne dans ce rapport ?

Pas de « ?» : Présupposé qu’il y aurait un rapport de confrontation entre la question de la nation et la construction européenne.

Cadre Chronologique : depuis 1951 et la création de la CECA, entité supranationale ayant la charge de la gestion du charbon et de l’acier

Cadre spatial : Échelle de l’Europe. (on peut se poser la question de la nation en dehors du processus de construction européenne, comme le défi qu’a constitué la résurgence du nationalisme dans les Balkans à la fin de la guerre froide).

Problématique possible /Idées de conclusion/Plan

Problématique possible

Comme le sujet ne comporte pas de point d’interrogation, il semble présupposer qu’il existe d’office un rapport de confrontation entre la construction européenne et la question de la nation. Dès lors, la véritable question ne reposerait-elle pas sur les conséquences pour le projet européen d’une telle confrontation ? La problématique que nous proposons serait alors :

« La confrontation entre la question de la nation et le processus de construction européenne a-t-elle compromis le projet européen depuis 1951 ? »

Idées de conclusion

On répond à cette problématique pour pouvoir trouver notre plan, en commençant par la réponse qui nous paraît instinctive (l’ensemble du plan constitue notre cheminement vers cette réponse finale) :

S’il semble que la construction européenne a su avoir pris son essor malgré la réalité nationale (idée évidente, car l’Union Européenne est tout de même la zone d’intégration régionale la plus « avancée » du monde), ce processus a toutefois été à plusieurs reprises remis en question par la confrontation avec certaines réticences nationales depuis ses origines (on n’oublie pas que le processus de construction européenne connaît aujourd’hui des difficultés, notamment à cause de la question de la nation), la construction européenne tendant à exacerber les fragmentations économiques, politiques sociales et territoriales de la nation en Europe, tout en étant partagée entre « Europe des nations » et supranationalité.

En résumé, notre réponse est donc que la confrontation entre question nationale et construction européenne a affaiblit le projet européen en le « tiraillant » entre deux conceptions a priori inconciliables , tout en tendant progressivement à affaiblir la nation en Europe.

Plan possible

En ayant bien décomposé notre réponse dans les idées de conclusion, une idée de plan apparaît assez clairement :

  1. « Il semble tout d’abord que la construction européenne a pris son essor malgré la réalité nationale… »
  2. « ...toutefois, la construction européenne aurait été à plusieurs reprises remise en question par certaines réticences nationales depuis ses origines.. »
  3. « … ce processus de construction tendant à acter des fragmentations économiques, sociales politiques et territoriales progressives dans la nation, tout en étant partagé entre « Europe des nations » et supranationalité, opposition qui affaiblirait la construction européenne. »

Plan détaillé

  1. Il semble tout d’abord que la construction européenne a pris son essor malgré la réalité nationale
    1. En dépassant les réalités nationales
    2. 1) Politiquement Exemple : idée assez ancienne des « Etats-Unis d’Europe » chez des penseurs tels que Zweig, Briand, Hugo ou encore Monnet.

      2) Économiquement Exemple : La CECA, qui dépasse les prérogatives nationales, en contrôlant la production de charbon et d’acier de chaque pays.

    3. En intégrant les réalités nationales
    4. 1) Politiquement Exemple : visible dans les institutions, notamment le conseil européen, organe de décision majeur de l’Union Européenne au sein duquel siège chefs d’États et de gouvernements.

      3) Économiquement Exemple : Aides de l’Union Européenne aux zones en déprise pour accélérer la convergence des nations (aides du FEDER, on peut aussi évoquer l’action d’INTERREG).

  2. Toutefois, la construction européenne aurait été à plusieurs reprises remise en question par certaines réticences nationales depuis ses origines

    1. Des réticences économiques nationales qui remettent en question la construction européenne

      Exemple : la crise de la Zone Euro et de la dette grecque. Elles ont montré les différences entre les nations européennes. + Non volonté des allemands de mettre en place un Budget de la zone euro suite à la proposition de Macron

    2. Des réticences politiques nationales qui remettent en question la construction européenne.

      Exemple : Le vote du Brexit, le référendum de 2005 en France et aux Pays-Bas, la politique d’Orban en Hongrie, l’émergence d’AFD ou du M5S en Italie. Autant d’émergences de réticences politiques nationales à la construction européenne.

    3. Des tropismes géopolitiques nationaux divergents, voire opposés, qui remettent en question la construction européenne..

      Exemple : l’éclatement des positions des nations européennes sur la guerre en Irak, impossibilité de l’émergence d’une défense européenne (échec de la CED en 1954). + tropisme français pour la Méditerranée, tropisme allemand pour l’Est, et américain pour la Pologne.

  3. Ce processus de construction tendant à acter des fragmentations économiques, sociales, politiques et territoriales progressives dans la nation, tout en étant partagé entre « Europe des nations » et supranationalité, opposition qui affaiblirait la construction européenne.

    1. Des nations affaiblies à diverses échelles par la construction européenne...

      Exemple : Accès à la mondialisation par une ZIR, mais accroissement de grandes disparités qui nuisent à la cohérence nationale (certaines zones financées par l’UE, d’autres non).

    2. Elle même opposée aujourd’hui entre deux conceptions inconciliables.

      Exemple : CECA et commissariat à l’énergie atomique supranationaux, Conseil européen, Europe des nations. Les « États-Unis d’Europe » ne semblent aujourd’hui plus très populaires et majoritaires dans l’opinion)

    3. Dont la confrontation affaiblit la construction européenne aujourd’hui

      Exemple : Participation très faible lors des élections européennes traduisant une image faible et dépassée de la construction européenne.