CoachingPrépa HEC

8 questions à se poser avant de cuber

Par 13 juillet 2020 juillet 24th, 2020 Pas de commentaires

Les bonnes questions à se poser lorsqu’on hésite à cuber.

1) Ai-je l’impression d’être arrivé au bout de ma courbe d’apprentissage ?

Il est très important de se poser cette question. Votre année de cube sera très différente de vos deux premières années. Avant, vous passiez votre temps à découvrir de nouvelles informations (nouveaux théorèmes en mathématiques, nouveaux concepts en ESH, etc …). Vous devrez désormais approfondir ces connaissances afin de faire la différence au concours. Il faut alors se demander si cette année supplémentaire dédiée à l’approfondissement vous permettra de progresser de façon significative. Il se peut que vous ayez atteint un palier. Le cas échéant, votre année de cube pourrait ne pas être bénéfique …

 

2) Comment savoir si je suis arrivé au bout de ma courbe d’apprentissage ?

Il est quasiment impossible de répondre à cette question avec certitude. Cependant, quelques éléments peuvent vous permettre d’y répondre avec objectivité. Tout d’abord, notons que votre année de cube ressemblera énormément à votre  période de révision. Vous aurez déjà traité l’ensemble du programme et vous passerez ainsi votre temps à faire des sujets de concours transversaux (quelque soit la matière) et à réviser ou à approfondir des points précis du programme.

Évaluer l’efficacité de la période de révision permet d’apprécier un avant-goût de ce que sera l’année de cube. Si vous ne saviez pas quoi faire le mois précédent le concours en ayant l’impression de déjà maîtriser tout ce qui est à votre portée, vous aurez la même impression tout au long de votre année de cube. A contrario, si vous vous dites “Les concours sont arrivés trop tôt, il m’aurait fallu quelques mois de plus pour davantage performer le jour-J”, alors vous possédez sans doute une forte marge de progression.

La période de révision a été historiquement longue cette année à cause de la situation sanitaire actuelle. Ces deux voire trois mois de révision vous donnent un réel avant goût de ce que sera l’année de cube.

 

3) Suis-je prêt à refaire une année complète de prépa ?

Si la situation sanitaire se stabilise, vous devriez passer vos concours écrits en avril/Mai 2021 et les oraux en juin/juillet 2021. Vous aurez alors 8 mois de cours, de nombreuses colles et DS avant de repasser les concours. Il faut donc prendre tout cela en compte, et voir si vous êtes prêts à affronter tout cela une nouvelle fois. L’année de cube est très épuisante, mais il faut néanmoins garder un rythme de travail intense pour mettre cette année supplémentaire à profit. Si vous vous sentez d’ores et déjà d’attaque pour « aller au combat », c’est déjà un très bon point. Si ce n’est pas le cas, il ne faut pas paniquer : vous êtes fatigués de ces deux années. Prenez un peu de repos et cette énergie reviendra.

 

4) Ai-je apprécié l’expérience des concours au point de les tenter une seconde fois ?

Cette question est primordiale et les étudiants qui souhaitent cuber ont souvent tendance à l’oublier lors de la prise de décision. Un bon étudiant de “cube” prend du plaisir à vouloir se dépasser, et normalement, les concours sont le moyen d’exprimer tout ce travail précédemment effectué. Il faut que les concours soient un objectif « attirant », et que l’on attende avec impatience. Il ne faut surtout pas que ce soit un repoussoir démotivant.

ATTENTION: De la même manière, si vous souhaitez cuber parce que vous avez mal réussi vos concours à cause d’un stress qui vous a fait perdre vos moyens, il est nécessaire d’une part de prendre conscience de l’importance de gérer votre stress, et d’autre part de travailler sérieusement sur ce point. Vous arriverez encore plus stressés en 2021, parce que ce sera votre ultime opportunité. Cependant, vous pourrez toujours travailler psychologiquement sur ce stress. L’année de cube doit être focalisée sur ce qui a pêché en carré. De ce fait, si votre point faible est votre mental ou la peur des concours, il faut impérativement traiter cela en profondeur afin que cette troisième année ait une réelle valeur ajoutée. Il est possible de faire ce travail sur le mental et sur la gestion du stress tout seul, mais cela nécessite une certaine expertise. Vous pouvez également vous renseigner sur la gestion du stress, en lisant des livres sur le sujet. Toutefois, ce temps de recherche peut être assez long, surtout lorsque vous ne maîtrisez pas très bien le sujet.

 

5) Est-ce que mes résultats me déçoivent vraiment ? Comment interpréter mes résultats ?

Vous allez devoir prendre du recul et être honnêtes avec vous-mêmes. Certains sujets de concours peuvent être à votre avantage. Si vous êtes tombés sur votre sujet préféré en ESH, il n’est absolument pas sûr que le sujet qui tombe l’année prochaine vous plaise autant. Il faut alors essayer de prendre du recul et se demander d’où l’on vient, quels ont été ses objectifs et ses résultats tout le long de la classe préparatoire afin de prendre la décision la plus mesurée et objective possible.

 

6) Suis-je prêt à accepter un résultat moins bon que celui obtenu en carré, même si cette perspective est improbable ?

La probabilité varie en fonction de l’école sur laquelle vous cubez.

Même si vous êtes excellents mais que vous cubez sur l’ESCP, la probabilité d’avoir une école moins bien classée est beaucoup plus importante que si vous êtes plus en difficulté mais que vous cubez sur une école du top 15.

Toujours est-il que lorsque vous prendrez la décision de cuber, vous perdez définitivement l‘école que vous aviez et aucun retour en arrière ne sera possible. Vous remettez tout en jeu. Cela peut paraître évident maintenant, mais ça le sera beaucoup moins au moment où vous ferez votre choix sur SIGEM.

Pendant l’année il ne faudra surtout pas repenser à cette école. Il faudra penser uniquement à l’échéance du concours. Vous ne devrez pas avoir un raisonnement du type « je dois au moins avoir l’école que j’avais » mais plutôt « Je vais tout donner pour avoir la meilleure école possible ».

Il sera nécessaire d’être capable de tourner la page, afin de se projeter vers l’avenir. D’où l’importance de se renseigner suffisamment sur l’école en question, pour ne pas avoir de regrets une fois le refus effectué.

 

7) Suis-je prêt à vivre de grands moments de doute lors de mon année de cube ?

Quelque soit votre niveau et vos ambitions, vous serez amenés à douter pendant votre année. Vous tomberez sur des pans du programme que vous ne maitrisez pas. Et c’est même un bon signe, cela veut dire que vous avez encore une bonne marge de progression. Encore faut-il ne pas paniquer. Il faudra alors se forger un mental de gagnant et être résilient.

 

8) Quel est mon objectif en cubant ?

Il est très important de vous demander pourquoi vous voulez retenter votre chance. S’informer sur la suite de votre carrière enrichira votre réflexion.

Après avoir lu ce guide, demandez-vous dans quel secteur vous voulez travailler plus tard. Cela est très compliqué pour un étudiant de classe préparatoire qui n’a aucune expérience professionnelle. Cependant, vous pouvez identifier d’ores et déjà des appétences pour certains secteurs. Si vous avez envie de travailler dans le conseil ou la finance pour de grands groupes sélectifs, vous devrez impérativement intégrer une école du top 5. Notons que la présence d’une parisienne sur le CV est un véritable atout. De ce fait, cuber peut vous permettre d’accéder à un secteur qui ne donne pas d’opportunités aux diplômés hors top 5, et de maximiser vos chances si vous intégrez une parisienne.

Au contraire, vous pourriez avoir envie de travailler dans des secteurs (marketing, droit, etc) qui ne sont pas aussi sélectifs. De ce fait une école du top 5 n’est pas une condition nécessaire. Dans ce cas, autant vous sauvegarder une année de votre vie et commencer dès l’année prochaine votre rentrée en école. Notons tout de même que meilleure est l’école, meilleures seront généralement les opportunités et le salaire à la sortie.

Ainsi, il est important de bien identifier la raison pour laquelle vous voulez retenter votre chance aux concours : il ne faut pas cuber pour cuber. Une année supplémentaire de classe préparatoire est longue et épuisante. Vous aurez des difficultés à pleinement en profiter si vous vous y embarquez pour les mauvaises raisons (comme la volonté de faire une école uniquement pour le prestige social qu’elle octroie), et vous pourriez par conséquent avoir des regrets. Cuber ne vous aura alors pas apporter de réelle plus-value. 

 

Vous ne savez pas si vous devez cuber l’an prochain ?

Notre test en ligne a pour objectif de vous permettre d’évaluer si cuber est un bon choix pour vous

Nous avons développé un algorithme grâce aux réponses de plusieurs dizaines de nos étudiants « cubes » et en Grande école de commerce. 

Découvrez votre score en cliquant sur le bouton ci-dessous.

 


Votre score est un premier indicateur. Toutefois, réussir votre année de cube dépend de beaucoup d’autres facteurs que nous ne pouvons pas déceler par un test en ligne.

– Échangez avec notre équipe pédagogique.
– Repartez avec des réponses à vos questions et une stratégie claire pour vous aider à faire votre choix.
Conseils d’anciens étudiants qui ont cubé et décroché une Parisienne.- Inscription Gratuite. Places limitées.

Pour plus d’informations sur l’année de cube, demandez à consulter notre « Guide du cube » sur le formulaire ci dessous.

Vous le recevrez par email

Laisser un commentaire