Maths HECMéthodologie

La méthode Singapour pour progresser en mathématiques

Par 12 octobre 2020 novembre 2nd, 2020 Pas de commentaires

La France est à la traîne dans les classements internationaux qui mesurent le niveau des élèves d’une même classe d’âge en mathématiques. Inspirons-nous du modèle de Singapour qui caracole en tête des classements depuis quelques années.

Voici le lien vers un article intéressant sur la méthode de Singapour pour progresser en maths :

http://www.lepoint.fr/societe/la-methode-de-singapour-est-elle-le-graal-pour-apprendre-les-maths-29-11-2016-2086534_23.php

On y découvre que la réforme est possible. Dernier des classements dans les années 1990, Singapour a repensé profondément son système éducatif et remis les maths au cœur des enseignements.

 

En France, force est de constater que les professeurs des écoles sont majoritairement des littéraires qui n’étaient pas toujours à l’aise avec les matières scientifiques. Et il n’y a pas de consensus entre les professeurs, les parents et les élèves sur l’importance des maths pour former l’intelligence. Nous le répétons en permanence à nos étudiants : pour être bon en maths, il faut en faire. Et l’amour pour cette matière vient alors progressivement. La « bosse » des maths existe bel et bien mais elle est présente dans tous les cerveaux : un article récent de Sciences & Avenir (janvier 2017) démontre que lorsqu’on fait des maths, une certaine zone du cerveau est activée, que l’on soit un garçon ou une fille :

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/nous-avons-tous-la-bosse-des-maths_110289

Cessons donc d’affirmer que les maths sont réservées à une élite ou aux garçons. C’est faux. Et notre pratique d’enseignants dans le supérieur le confirme chaque jour un peu plus. A titre personnel, j’ai le souvenir encore vivace de Ken, Inès, Anaïs, Thomas, Amine, et bien d’autres étudiants MyPrepa encore qui étaient en difficultés abyssales en maths et qui ont intégré notamment en excellant aux concours BCE dans cette matière.

 

Autre élément fondamental : l’idée de traiter moins de chapitres mais de les traiter en profondeur. On ne devient pas bon en maths en survolant les notions… Cette idée est longuement développée dans Cleverlands: The Secrets Behind the Success of the World’s Education Superpowers, un ouvrage passionnant – en langue anglaise – de Lucy Crehan dont nous vous recommandons la lecture.

 

C’est d’ailleurs dans l’optique de favoriser la bonne acquisition des compétences et des savoirs-faire que MyPrepa donne la possibilité à chaque inscrit à ses stages intensifs de maths d’avoir accès aux replays des séances dans leur intégralité. 
Disposer d’un replay permet à chaque étudiant de rester focalisé sur l’apprentissage en temps réel de l’enseignement et moins sur le souci de la bonne prise de note.

 

Les stages intensifs en maths de MyPrepa délivrent une méthodologie éprouvée sous la forme de multiples supports pédagogiques, de bonnes copies de concours et de l’expertise des professeurs, de manière à adopter les bons réflexes, comprendre les attentes du concours et ainsi maximiser les chances de réussite.

Laisser un commentaire