Économie - ESHPrépa HEC

La méthode ultime pour performer en ESH

Par 13 octobre 2019 novembre 7th, 2019 Pas de commentaires

Réussir ses épreuves d’ESH haut la main peut sembler de prime abord une tâche complexe voire une chimère. Pourtant, chaque année, de nombreux étudiants obtiennent des notes supérieures ou égales à 15 aux différentes épreuves d’ESH ! Comment cela est-il possible ? Auraient-ils trouvé une mystérieuse « méthode ultime pour performer en ESH » ?

En voici une qui a fait ses preuves, spécialement pour vous :

Etape 1 : Comprendre les critères de correction d’une copie

La correction d’une copie d’ESH aux concours ne se fait pas de la même manière que la copie rédigée lors des devoirs surveillés. Aux concours, les correcteurs n’ont pas beaucoup de temps à consacrer à une copie car ils ont entre 200 et 300 copies à corriger en deux semaines environ. Par conséquent, il faut attirer l’attention de ces derniers en insistant sur 2 points fondamentaux :

  • La clarté de la copie : Il faut pouvoir reconnaître immédiatement à quel moment on se situe dans l’argumentaire de la copie mais aussi comprendre rapidement les informations, mécanismes et raisonnements décrits
  • La « richesse de la copie » : une excellente copie se distingue par un savant mélange d’auteurs (si possible récents), de chiffres, de faits historiques et d’actualité

Etape 2 : Comprendre la manière de rédiger une copie

Vous avez compris sur quoi se base un correcteur pour évaluer votre copie ? Félicitations ! Mais encore faut-il savoir comment mettre en pratique ces différents points qui pourraient apparaître « flous » pour certains d’entre vous . Ne vous inquiétez pas, vous saurez faire tout cela à la fin de cette partie 😉

a)     Il était une fois l’introduction…

L’introduction est parfois redoutée par certains élèves de prépa ECE car elle donne lieu à la première impression qu’aura le correcteur.  stress est légitime car l’on se dit « Comment ne pas se tromper et écrire une copie qui fera que le correcteur me donnera une bonne note ? ».  Pour cela, votre introduction devra contenir les 5 point suivants :

  • Une accroche efficace : Elle doit attirer l’œil du correcteur et lui donner l’impression qu’elle a été faite sur mesure pour ce sujet (nous verrons plus loin comment rédiger des accroches de ce genre). On peut la trouver sous différentes formes : un ou des chiffres clés, une citation, un fait historique ou encore la présentation de l’ouvrage d’un économiste.
  • La définition des termes : Même s’il n’y a pas de « grille » pour corriger une dissertation, la définition des termes de manière rigoureuse fait partie des prérequis qu’attend un correcteur lorsqu’il lit une copie. Par terme, on entend aussi bien les mots relevant du champ économique et social comme inflation, libre-échange, équité que des mots plus généraux comme irréversible, inéluctable.
  • Contextualisation : Lorsque vous racontez une histoire à quelqu’un, vous commencez généralement par dire où vous étiez, avec qui et les détails nécessaires pour qu’il comprenne votre histoire. En dissertation d’ESH, le raisonnement est similaire. Vous devez expliquer dans quel cadre (historique, géographique ou encore avec l’aide de l’actualité) le sujet doit être compris.
  • Problématisation et problématique : Dans cette partie, vous soulevez les enjeux majeurs du sujet (problématisation) et terminez par la question à laquelle vous allez répondre (aussi connu sous le nom de problématique). Pour la problématique, si le sujet est sous forme de question, vous pouvez le reprendre tel quel.
  • Annonce du plan : Il faut être le plus clair possible (la clarté de la copie étant un critère clé dans la notation ) et aider au mieux  le correcteur à bien distinguer les différentes parties de votre dissertation. Pour faire cela, je vous conseille d’utiliser des connecteurs logiques (à première vue, néanmoins, enfin…) mais aussi des numérotations pour renforcer sa compréhension des différentes parties de votre plan.

Exemple : Si la lecture de l’actualité économique et sociale peut s’avérer superflue dans la perspective des concours (I), elle semblerait toutefois être un atout crucial pour écrire une très bonne copie d’ESH (II).

 

À retenir :

  • Une partie importante de votre note d’ESH aux concours dépend de la clarté et la richesse de votre copie
  • Une introduction réussie contient une accroche efficace, une définition rigoureuse des termes, une contextualisation, une problématisation et problématique et enfin une annonce de plan claire

Pour continuer à vous améliorer sur la pratique de la dissertation, cliquez sur cet article qui détaille notamment la gestion du temps.

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires !

Laisser un commentaire