On ne le dira jamais assez : les langues sont fondamentales aussi bien pour votre admissibilité que votre admission. C’est pourquoi bien les maîtriser est fondamental, et très rentable. Toutefois, il est impératif de ne pas s’éparpiller. Cet article vise donc à proposer des méthodes efficaces pour progresser dans une langue, surtout dans l’apprentissage du vocabulaire. Rappelons toutefois que si le vocabulaire est important, il n’est pas aussi fondamental que la grammaire. Cela ne sert donc à rien d’avoir un vocabulaire incroyable, si vous ne maitrisez pas la grammaire de base. Enfin, cet article part du principe que vous avez déjà une connaissance plutôt correcte du vocabulaire général de la langue.

1 – Méfiez-vous des solutions miracles et instantanées !

Je vais ici parler de mon expérience. En tant qu’ancien préparationnaire, je me souviens de tous ces sites qui promettaient des notes formidables en essai en replaçant certains mots. Intrigué, je commençai alors à les apprendre. Les résultats furent maigres : un petit 10 au concours. Évitez donc ces listes miraculeuses, car elles sont fréquentées par énormément d’élèves en classe préparatoire. Ceux-ci ingurgiteront ce même vocabulaire, et le replaceront également dans leur essai. Dès lors, vous perdez cette exclusivité, et le correcteur, au bout de sa 30e confrontation avec un mot comme « watershed » en anglais, n’y fera même plus attention. Passez également outre les listes gigantesques de vocabulaire que vos professeurs vous demanderont parfois d’apprendrestrong>. C’est à la fois une perte de temps, d’énergie et vous serez étonné de voir combien ce vocabulaire sera rapidement oublié… Et je passe également sur l’utilité de certains mots dans ces listes comme une clef à bougie en anglais (A spark plug swivel). Éventuellement, ciblez le vocabulaire qui vous semble intéressant, mais ne dépassez jamais les listes de plus de 60-80 mots d’un coup. Les fiches thématiques ne sont cependant pas à bannir, mais il convient de les alléger ou de les faire soi-même, pour avoir exactement le vocabulaire nécessaire pour faire face à certains sujets un peu techniques (Ex : La crise des Opioïdes aux US peut demander un vocabulaire particulier sur certains éléments et produits médicaux). Elles sont également utiles si vous vous pensez que votre vocabulaire de base est assez fragile.

2 – Quelques méthodes

Mais alors quelles techniques adopter afin de forger son vocabulaire? Je répondrai ici en deux temps, selon que vous vous trouvez en cours ou chez vous.

A ) Quand vous êtes seuls et en dehors des cours

Une méthode que j’utilisais souvent était de lire des livres ou des journaux dans la langue que j’étudiais. La lecture est sûrement l’exercice le plus utile, car il simule en partie l’exercice de la version et parfois même du thème. Faites-vous alors des fiches des mots que vous ne connaissez pas — En prévision des traductions —, ou notez des tournures journalistiques que vous trouvez authentiques et intéressantes — En prévision des essais. « Oui, mais c’est extrêmement chronophage de lire, de tout ficher et d’apprendre » me diront certains. Pas tant que ça. Là encore, fichez intelligemment, et prenez des livres qui restent accessibles. Inutile donc de lire chez soi « An Essay Concerning Human Understanding » de Locke ou le « Unterwegs zur Sprache » de Heidegger. Choisissez des livres assez récents qui pourraient facilement tomber aux concours. Pour ce qui est du temps, lire un quart d’heure à une demi-heure par jour suffit amplement. Si le livre que vous étudiez est passionnant, vous pourriez même avoir du mal à vous arrêter ! Et pour ceux qui voudraient vraiment gagner du temps, n’hésitez pas à lire le Meilleur de The Economist, proposé par MyPrepa dans le cadre de la formule annuelle. Révisez alors fréquemment le vocabulaire des romans (avec diverses applications).Pour les tournures, revoyez les bien avant vos khôlles, ou DS, afin d’en utiliser le plus possible. Quels sont les avantages de cette méthode ? Elle vous permettra déjà de mieux comprendre les textes de thème, de version et le document utilisé pour le 1er essai. Elle vous donnera également des tournures élégantes à replacer dans vos essais. Étant donné que ce sera VOTRE propre liste de vocabulaire, vous devriez bénéficier d’une certaine originalité. Enfin, elle devrait vous faire étudier à la fois l’actualité et votre langue — Dans le cas où vous travailleriez sur les journaux. À titre personnel, j’ai réussi à passer de 10 à 16 aux concours d’anglais, sans consacrer plus de 2-3h à l’anglais par semaine. Cela me laissait plus de temps pour les maths et les autres matières. La lecture des journaux, des livres et l’apprentissage de mes propres listes de vocabulaire plus courtes et plus faciles à réutiliser, et de tournures étaient donc quasiment les seules choses que je faisais pour travailler la matière.

B ) Que faire en cours ?

Pour les langues, le cours peut-être à double tranchant. Certains profs négligent largement le vocabulaire pour se focaliser sur les choses de base, tandis que d’autres proposent des mots que vous ne verrez plus jamais de votre vie. Apprenez donc à en tirer le meilleur. Le cours peut également être une chance : vous avez l’occasion d’y tester certaines de vos nouvelles expressions et votre vocabulaire. N’hésitez pas non plus à prendre en notes les quelques mots de vocabulaire qui vous paraissent utiles. Là encore, fixez-vous des limites : les listes de vocabulaire à rallonge n’apportent rien de bon. Enfin, pendant le cours, n’hésitez pas à apprendre vos listes de vocabulaire, surtout durant les moments de flottement.

En conclusion :

Détachez-vous de ces méthodes proposées par certains qui consistent à apprendre 20 mots ou expressions, que tout le monde apprendra. Ne perdez pas non plus votre temps sur des listes de vocabulaires interminables. Privilégiez la lecture de romans et/ou des journaux, et fichez ce qui vous semble authentique et utile. Faites cela régulièrement. Réutilisez ensuite ces expressions dès que possible, à l’écrit, à l’oral. Pendant les cours, participez si l’atmosphère est propice au travail, sinon, révisez vos listes de vocabulaire de votre côté.

Laisser un commentaire