GéopolitiquePrépa HEC

Le Concours Corrigé : Analyse Ecricome HGG sur la Chine 2019

La Chine installe-t-elle un nouvel ordre mondial ?

Analyse du sujet

Attentes du jury

Un sujet classique avec peu de notions convoquées et posé sous forme de question. L’enjeu majeur ne sera donc pas ici la réflexion (le jury nous guide, le sujet est déjà cadré et la problématisation est “pré-machée”). C’est la capacité du candidat à exposer clairement et efficacement sa pensée de manière argumentée qui sera ici primordiale. Les affirmations doivent être cependant nuancées au fil des arguments avancés.

Ecueils à éviter

    • La définition des termes pour eux-mêmes et seulement pour eux-mêmes peut constituer un piège. Le candidat doit définir les mots du sujet entre eux comme ci-dessous (voir Définition des termes du sujet).

 

    • La ‘surproblématisation’ qui peut pousser à ne pas traiter le sujet dans sa globalité, ou pire, à faire un hors-sujet (par exemple : traiter ici la question des troubles sociaux en Chine). La problématique doit avoir un rapport simple et clair avec le sujet.

 

  • L’envie de “faire compliqué” alors que le sujet est exprimé simplement, et ne convoque qu’une seule notion géopolitique.

 

Un seul mot d’ordre face à un tel sujet : rester simple et clair.

Définition des termes du sujet

“La Chine”: désigne l’ensemble des territoires et des acteurs chinois (Chine continentale), tels que l’Etat central, le parti communiste, les différentes provinces, les entreprises publiques et privées, l’APL (armée populaire de libération), les universités…

“Un nouvel ordre mondial”

    • Ordre mondial : désigne la répartition et l’organisation du pouvoir économique et géopolitique entre puissances à l’échelle mondiale. Il se matérialise dans des institutions internationales (ONU, OTAN, FMI, OCS…) et une constance dans le rang des principales puissances économiques, militaires, culturelles et diplomatiques.
    • Un nouvel ordre mondial : Remise en question de l’ordre mondial instauré en 1945 amendé par la chute de l’URSS en 1991 (rang des principales puissances et institutions internationales héritières de la fin de 2ème GM).

 

Stade de la réflexion : Le sujet nous questionne donc sur la remise en question – par la Chine – de l’ordre mondial instauré en 1945. Comme défini plus haut, cela se caractérisait par un bousculement dans le “classement” des puissances mondiales et une remise en cause profonde des institutions internationales. Notre intuition première est donc que la Chine -entre autres-, par son rang actuel, remet au moins en cause le rang traditionnel des puissances occidentales. Mais cela est-ce suffisant pour affirmer que la Chine “installe” un nouvel ordre mondial ? Par ailleurs, la Chine ne profite-t-elle pas d’un effet d’aubaine, consécutif au relatif retrait des Etats-Unis et à la faiblesse structurelle de l’Europe ? Il nous faut définir les mots restants pour le savoir…

 

“installe-t-elle”
Installer : Mettre en place quelque chose selon un plan/schéma pensé et défini au préalable. installe-t-elle : désigne un processus d’installaTION. C’est un changement en cours et non achevé, c’est un synonyme interrogatif d’”en cours d’installation”. Le processus suggère un point de départ, des étapes successives, et un aboutissement (il est souhaitable de le dater dans l’argumentation).

Stade de la réflexion : C’est donc à un éventuel processus de refonte des organisations internationales et à une remise en question du rang des puissances mondiales traditionnelles que l’on s’intéresse. On ne s’intéresse pas à l’état actuel des choses, on l’englobe en étudiant la tendance générale. On s’interroge cependant sur les actions entreprises aujourd’hui (et hier) par la Chine pour “installer” -ou pas- un nouvel ordre mondial. En convoquant quelques connaissances, on se rend compte que si la Chine jouit aujourd’hui d’un incontestable statut de puissance mondiale , elle ne semble pas faire d’une profonde refonte des institutions de 1945 un prérequis majeur à l’épanouissement de sa puissance.

Si la structure des organisations internationales et la puissance des rivaux de la Chine peuvent éventuellement limiter sa puissance dans l’ordre mondial actuel, l’empire du milieu semble plus enclin à vouloir accroître son influence dans les actuelles instances plutôt qu’à en changer radicalement, voire à les quitter. En effet, “installer un nouvel ordre mondial” est synonyme d’”installer, de créer de nouvelles institutions” économiques et politiques.
En parallèle, la Chine tisse activement de nouvelles relations bilatérales, notamment en Asie du sud-est et en Afrique, elle essaie ainsi de cultiver une voie singulière sans volonté d’abattre les organisations de la gouvernance internationale.

 

Présence du “?” : Cela signifie – a priori – que l’on devra accentuer nos efforts sur l’exposition d’une argumentation claire, structurée et nuancée, le candidat étant déjà plus ou moins guidé sur la réflexion ici (voir Attentes du jury).

Cadre spatial et temporel : Échelle mondiale. Depuis 1980 (début de l’émergence économique de la Chine et de son ouverture au monde).

Problématisation

“Dès lors, la Chine est-elle véritablement en train d’installer un nouvel ordre mondial ?”

Cette problématique a l’avantage de bien répondre aux parties en gras soulevées dans les différents stades de la réflexion.

Autre possibilité :

“Le rang de la Chine dans le classement des puissances mondiales est-il synonyme de l’installation d’un nouvel ordre mondial ?” (plus risqué car plus restrictif mais fonctionne).

Propositions de plans

Plan retenu :

  • I. Si de prime abord, la Chine semble être en passe d’installer un nouvel ordre mondial…
  • II. …l’Empire du milieu fait cependant face à des rivaux et des difficultés qui pourraient compromettre ses ambitions mondiales….
  • III. …ce qui pousse la Chine à refaçonner l’ordre mondial actuel à son profit/image sans remettre fondamentalement en question les structures et institutions de 1945.

Les parties sont déterminées à l’aide des passages en gras dans la partie Analyse du sujet.

Autre proposition : On aurait pu “renverser” le plan, en inversant les parties I et III (en modifiant, cela va de soi, la partie II) :

    • I. Si de prime abord la Chine ne semble pas éprouver la nécessité d’installer un nouvel ordre mondial..
    • II… L’Empire du milieu ferait toutefois face à des difficultés pour déployer pleinement sa puissance dans le cadre actuel des relations internationales…
    • III… Et tenterait ainsi d’élaborer de nouvelles structures de gouvernance afin de marginaliser progressivement l’ordre mondial hérité de 1945.

Quelques exemples marquants autour du sujet :

      • L’entrée de la Chine à l’OMC en 2001.
      • Le “Zhongguo meng” (中国梦- rêve chinois) de Xi Jinping à son arrivée au pouvoir (conceptualisation succincte des ambitions mondiales de la Chine en matière culturelle).
      • 2013: Lancement de l’initiative OBOR (One Belt,One road), ou “nouvelles routes de la soie”, une vision stratégique à même de bouleverser l’ordre mondial ?
      • La création par la Chine de la BA2I en 2014, grande banque d’investissement pour les infrastructures en Asie.
      • La guerre commerciale lancée en 2018 par Donald Trump à l’encontre (notamment) de ZTE et Huawei. Le signe que l’ordre économique mondial est toujours dominé par les Etats-Unis ?

Vous pouvez également consulter les autres corrigés et analyses Ericome réalisés par l’équipe MyPrepa :

Le Concours Corrigé : Analyse Sujet Ecricome HGG 2019 sur les Etats-Unis et l’UE
Le Concours Corrigé : Analyse Ecricome Culture générale 2019
Le Concours Corrigé : Analyse Ecricome Maths ECE 2019
Le Concours Corrigé : Analyse Ecricome Maths ECS 2019

Laisser un commentaire