(ESCP 2011)
Parcours exceptionnel

C’est vrai, sur le papier, ça paraissait compliqué dès le début… !

Témoignage

« C’est vrai, sur le papier, ça paraissait compliqué dès le début…! Etant en voie S à Picpus, avec des notes n’excédant pas le 6/20 en maths (dont un magnifique 3/20 au premier concours blanc !! ) et une attitude plutôt “cool”, tu n’étais pas des plus optimistes, ce qui se comprend ! Je n’avais aucune méthode, une organisation désastreuse mais par contre une forte motivation que tu as détectée assez vite. J’ai vite compris en regardant le planning que tu m’avais préparé que ça allait être dur ! Faire 6 à 7h de maths par jour ce n’était pas dans mes habitudes, mais au fil des mois mes résultats se sont peu à peu améliorés. Et puis les concours se sont approchés, je me rappelle qu’on a commencé à bosser pour les parisiennes à peine 1 mois avant les révisions. Au final, avec un acharnement sans failles et un brin de réussite sur certaines épreuves (en synthèse en particulier… !), j’obtiens un 20 à l’Edhec et surtout un 13,8 en math I Hec qui me permet d’être admissible à l’Escp à ma plus grande surprise ! Dernière étape décisive, l’oral de maths de l’Escp…rouillé après quelques semaines de vacances, on a dû s’y remettre rapidement pour être au top. Quelques jours plus tard, j’obtiens 12/20 ce qui me permet d’intégrer l’Escp…comme quoi il faut toujours y croire ! Je voudrais te remercier pour ton implication hors normes, car il ne faut pas oublier que tu restes de loin Le stakhanoviste des maths ! A très bientôt ! »

Notes

Ecrit
Contraction de texte HEC 12
Synthèse de textes ESCP Europe 20
Langue vivante I CCIP Espagnol 14,2
Langue vivante II CCIP Anglais 10,8
Diss. culture générale HEC 9
Diss. culture générale EMLyon 10
Diss. culture générale EDHEC/ESSEC 12
Mathématiques S HEC 13,8
Mathématiques S ESSEC 9,5
Mathématiques S EMLyon 12,2
Mathématiques 2S CCIP 11,4
Mathématiques S EDHEC 20
Hist.-géo., géopolitique ESSEC 11
Hist.-géo., géopolitique ESCP Europe 12

Analyse

Lors de notre première rencontre, Paul m’a surpris : comment un étudiant aussi « largué » en mathématiques pouvait-il être aussi tranquille et décontracté ?! Sa sympathie naturelle a éveillé rapidement en moi une certitude : si j’arrive à le mettre au travail, ce sera une bête de concours, notamment par sa capacité à gérer l’adrénaline. Autre atout de taille : il était bilingue en espagnol, ce qui garantissait une matière forte sans trop d’efforts.

Le mettre au travail donc. Vaste chantier. Première étape : lui faire prendre conscience de ses lacunes mathématiques, notamment en matière de rédaction. Lors de notre première séance, je le laissai me proposer des ébauches de démonstration sur quelques exercices « tests ». Il tenta d’abord d’y répondre à l’oral mais j’insistais : « Paul, je veux voir ce que tu écris et non pas entendre ce que tu en penses » ! Quelque peu surpris, il se rendit alors compte qu’il n’avait pas du tout apprivoisé le langage mathématique…

Deuxième étape : lui faire prendre conscience de l’importance du nombre d’heures à consacrer au travail. Au retour des vacances de la Toussaint, j’ai constaté avec effroi qu’il n’avait travaillé que 3-4 heures par jour, toutes matières confondues quand je conseille généralement de programmer autour de 10h de travail quotidiennement… « Paul, tu files un mauvais coton… Faudra pas se plaindre dans 6 mois… »

Après plusieurs mois de discipline et de respect des conseils, Paul n’avait toujours pas décollé mais ne s’en inquiétait jamais. Il m’a fait confiance jusqu’au bout. Pourtant il aurait pu paniquer lors de l’annonce des résultats du dernier concours blanc, à quelques semaines du vrai concours. J’ai encore le bulletin de notes du second semestre dans mes papiers et ça fait peur : 7.5 à l’épreuve de maths 1 et 6.25 en maths 2, soit environ 25ème de sa classe ! Autour de la moyenne dans les autres matières. Les professeurs lui proposaient déjà le cubage sur les bulletins !!! Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que Paul avait eu une vraie stratégie à long terme en mathématiques : il préparait le concours contrairement aux autres étudiants de sa classe qui préparaient le concours blanc…

Au final, Paul est ma plus grande satisfaction du concours 2011. Seule une étudiante de sa classe de Picpus a fait aussi bien que lui aux concours en intégrant l’ESCP. Paul doit bien se marrer en repensant aux professeurs et aux étudiants qui le croyaient perdu… Merci Paul de les avoir fait taire avec autant de panache !

Olivier Sarfati